L’Autre fille

"Tu es entrée morte dans ma vie." La mort comme point de départ d'une vie qui n'est déjà plus. Annie Ernaux découvre l'existence de sa sœur morte à l'âge de six ans deux ans avant sa naissance. Elle apprend cela par hasard, au travers d'une conversation entre adultes. Elle entend aussi qu'elle "était plus gentille... Lire la Suite →

Une jeunesse incandescente

Ils sont jeunes, lumineux et drôles. Touchants et profondément humains. Neuf flammes éclatantes pour illuminer la salle Chapitre du Théâtre des Halles. Ils se livrent avec générosité et sans pudeur. Amour, sexe, origine, des témoignages intimes. Neuf jeunes adultes venus des quartiers. Ils jubilent, cabotinent parfois. Pour sûr, ils prennent un plaisir évident. Une jouissance... Lire la Suite →

La mouette, c’est moi

Le collectif MxM propose une admirable mise en abyme de La Mouette d'Anton Tchekhov au travers d'une nouvelle performance filmique. Quel bonheur de voir le jeune Kostia, dramaturge en pleine répétition, affirmer sa quête de modernité théâtrale tout en composant une vidéo live à l'aide d'une caméra. Dès le premier acte, cette mise en image... Lire la Suite →

De sombres barbares au Vieux Co

En attendant les barbares est une immersion dans la noirceur de l'empire colonial. L'histoire pourrait se dérouler pendant la guerre d'Algérie, l'apartheid ou lors d'un autre conflit lié à la colonisation. La pièce explore l'infamie et les rapports, parfois ambigus, entre les classes. Dans la profonde salle du Vieux colombier, nous voilà plongé dans l'obscurité... Lire la Suite →

Le Petit coiffeur

Auréolée du triomphe d'Adieu Monsieur Haffmann, la compagnie Le Grenier de Babouchka dirigée par Jean-Philippe Daguerre est devenue une référence en matière du théâtre dit privé. Avec une douzaine de spectacles, dont trois créations, l'entreprise théâtrale multiplie les représentations dans un registre plutôt classique. En octobre dernier, les yeux étaient rivés sur la dernière création... Lire la Suite →

L’Ecole des femmes lance le Mois Molière

Le Mois Molière est lancé ! Mardi 1er Juin, trois comédiens de la Compagnie Viva ont inauguré la 25è édition du festival versaillais avec une joyeuse mise en scène de L'école des femmes dirigée par Anthony Magnier. Dans un décor tréteaux, les manipulations perverses du vieil Arnolphe se dessinent sur fond de Commedia dell'Arte. Un... Lire la Suite →

Vie ? Ou Théâtre ? une poésie visuelle et sonore

"Je ne vis que pour toi, que pour prouver que l'on a besoin de guides"1 écrivait Charlotte Salomon à son bien-aimé en 1943 dans Lettre à Amadeus Daberlohn. Avant de mourir à 26 ans dans les camps d'Auschwitz, l'artiste allemande a composé une œuvre totale réunissant 1325 gouaches accompagnées de textes et de références musicales.... Lire la Suite →

D’une Louise à l’autre

Cabaret Louise mélange avec hardiesse les révoltes de Louise Michel, le rock de Louise Attaque et l'épopée de la coopérative française 1336, créée par les anciens salariés de Fralib. Leur point commun, une énergie sans limite pour la résistance sociale. Mis en scène en 2018 par Marc Pistolesi, ce cabaret loufoque donne la parole aux... Lire la Suite →

Bérénice dans l’attente

Qui aime attendre ? Qui aime se tenir à un endroit où quelque chose doit arriver sans la certitude que l'événement se produise ? Dans ses Fragments, Roland Barthes lie l'état amoureux à l'attente. L'amoureux qui attend l'être aimé est sujet à des tumultes d'angoisses. Barthes compare aussi l'attente à une pièce de théâtre avec... Lire la Suite →

Phèdre par les sensations

"C'est moi qui sur ce fils chaste et respectueuxOsai jeter un oeil profane, incestueux.Le ciel mit dans mon sein une flamme funeste ;La détestable Oenone a conduit tout le reste." Au crépuscule de sa vie, Phèdre annonce à son époux Thésée qu'elle vient de s'administrer un poison aporté dans Athènes par Médée. Cette sentence funèbre... Lire la Suite →

Des vieux étincelants

Voilà bientôt deux ans que le collectif 2222 évolue au rythme des stop & go liés à la crise sanitaire. Sa dernière création Pourquoi les vieux, qui ont le temps, traversent-ils au feu rouge ? n'attend plus que l'ouverture des salles pour exister artistiquement.

Weber joue Tchekhov à l’Atelier

A 71 ans, Jacques Weber semble jeter un œil dans le rétroviseur. D'abord cet hiver, il répétait le rôle de Svetlovidov dans Le Chant du cygne de Tchekhov. Au printemps, il réalisait huit Masterclass sur Cyrano de Bergerac, une œuvre qui lui colle à la peau puisqu'il a joué Cyrano près de 500 fois et... Lire la Suite →

WordPress.com.

Retour en haut ↑