La seconde surprise de l’amour dans un souffle nouveau

Voilà un grand classique dans une mise en scène peu classique. Cette Seconde surprise de l’amour signée Alain Françon interpelle à double titre. D’abord, par la manière de visiter la langue de Marivaux. Ensuite, par sa résonnance esthétique avec Les Innocents, Moi et l’inconnue au bord de la route départementale mise en scène par Françon à la Colline en 2002. Entouré de la même équipe artistique, à l’exception de la plupart des comédiens, il recrée un univers abstrait gommant toutes formes de réalisme. Un souffle de modernité sur les mots de Marivaux. Plaisir des yeux et des oreilles, un vrai régal à découvrir aux Ateliers Berthier – Théâtre de l’Odéon.

@ Jean-Louis Fernandez

Cet hiver, Alain Françon présente trois spectacles sur les scènes parisiennes dont La seconde surprise de l’amour de Marivaux. L’histoire de deux jeunes âmes esseulées ayant perdu espoir en l’amour dont les destins amoureux se renversent. Retour sur la représentation du 10 Novembre dernier.

Revisiter les mots de Marivaux

Ici, la notion de partition prend tout son sens. Les deux premières répliques, deux onomatopées, donne le La. « Ah ! » soupire la Marquise. Lisette, sa suivante répond « Ah ! ». Deux répliques dans le souffle pour initier une respiration inédite de la partition. Pendant toute la pièce, les comédiens insufflent d’étonnantes variations de rythme dans le texte. De longues tirades énoncées rapidement, parfois sans pauses, souvent monocorde, croisent des répliques au rythme modéré avec des ralentissements soudains. Affliction, Amitié, certains mots surgissent de ces variations inattendues. La psychologie des personnages s’efface au bénéfice des mots. Cette nouvelle mélodie ravive une partition du répertoire bien connue.

De cette symphonie naît un travail physique cocasse. La marquise et sa suivante respectivement interprétée par Georgia Scalliet et Suzanne de Baecque nous régalent de leur jeu clownesque. A leurs côtés, les excellents Pierre-François Garel en Chevallier et Thomas Blanchard son valet. Des corps et des voies au service d’une symphonie des sentiments qui tourne à la cacophonie. On se régale.

@ Jean-Louis Fernandez

Place à l’artifice

Ce ballet des émotions évolue devant une immense toile suspendue au fond de scène. Elle représente un foisonnement de feuillages. Les lumières varient à mesure que les sentiments basculent. Tout en subtilité, une douce gamme chromatique composée de vert, kaki, ocre, beige se met à bouger. Autant de couleurs que l’on retrouve dans les costumes. Une profusion de formes abstraites pour le plaisir des yeux. L’univers chromatique rappelle celui de Les Innocents, Moi et l’inconnue au bord de la route départementale, comme s’il se dessinait une esthétique propre aux fidèles amis-artistes d’Alain Françon que sont Jacques Gabel à la scénographie, la costumière Marie la Rocca, Joël Hourbeigt pour les lumières et Caroline Marcadé à la chorégraphie. La langue de Marivaux danse dans cet écrin à l’atmosphère abstraite. Une merveille.

Sur les côtés, deux perrons. Les femmes arrivent par la droite et les hommes entrent par la gauche. La légende du théâtre dit que les entrées à cour (à droite) seraient plus fortes que celles venant de jardin (à gauche) car elles s’opposent au sens de la lecture. Des femmes de caractère donc. Une polarité qui semble coller à l’intrigue.

@ Jean-Louis Fernandez

Cette mise en scène de La seconde surprise de l’amour – quand l’amour surgit lorsqu’on ne l’attendait plus – est un petit bijou à voir aux Ateliers Berthier – Théâtre de l’Odéon jusqu’au 4 Décembre. Les autres spectacles d’Alain Françon à découvrir cette saison à Paris sont Kolik de Rainald Goetz au Théâtre 14 et Avant la retraite de Thomas Bernhard au Théâtre de la Porte Saint-Martin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :