Du titi parisien au Funambule

Avec déjà plus de 100 représentations, Main basse sur le magot reprend du service au Funambule. En plein Paris des années 1930, un joyeux duo de pignoufs tente de chouraver le magot de la mère Mercandieux. De batifolages en entourloupes, les combines des uns déjouent les machinations des autres. L’écriture d’Arnaud Cassand est un festival d’argot et de jeux de mots. Au plateau, quatre drôles de loulou dans une excellente distribution. C’est loufoque et bien ficelé, de quoi passer une amusante soirée au pied de la butte Montmartre.

Sur les traces de Fric Frac

Alice Mercandieux, patronne de la bijouterie du 93 rue de Turbigo, tourne autour de son employé, le jeune Paul Pasquier, qui en pince pour Loulou, elle-même raide dingue de Tintin qui est à l’ombre. Sous fond d’un joyeux triangle amoureux, Jo, le pote de Tintin, prépare le casse de l’année pour le sortir du trou. Le scénario est inspiré de Fric Frac, la pièce d’Edouard Bourdet. Dès les premières scènes, l’intrigue s’enclenche avec rythme. Dialogues poilants. De la gouaille à tirelarigot. Les répliques fusent et les situations cocasses s’enchaînent. C’est la poilade.

De fil en aiguille, les quatre comparses déroulent la folle intrigue faisant flotter les fantômes d’Arlety et de Michel Simon sur la scène du Funambule. Main basse sur la magot se joue au Funambule Montmartre jusqu’au 31 Décembre. Allez-y !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :