Hamlet machine, au cœur de la souffrance

Avec Hamlet machine, Arturas Areima explore les abymes de la souffrance à travers une esthétique obscure très maîtrisée. Dans une atmosphère de bas-fonds, sol terreux, ambiance sonore inquiétante, lumière blanche rasante, un jeune couple sombre dans le chaos et la dépression. Deux âmes en souffrance révoltées contre le système politique. 75 minutes éprouvantes d’une forte intensité. Cette adaptation d’Hamlet Machine d’Heiner Müller était présentée à la Manufacture jusqu’au 15 Juillet. Un théâtre sans demi-mesure et engagé venu de Lituanie.

@ Laura Vansevičienė

Créée à Vilnius en 2014, la compagnie AAT, pour Arturo Areimos Teatras, a choisi de s’émanciper des créations subventionnées pour créer librement une œuvre dans la contre-culture. Souvent provocateur, le répertoire d’AAT s’inscrit dans le mouvement post-dramatique défini par Hans-Thies Lehmann. Un théâtre performatif où le texte s’efface au bénéfice d’une mise en scène visuelle et souvent pluridisciplinaire. Après Under Ice en 2018, la compagnie lituanienne a refait une escale à la Manufacture pour neuf représentations.

@ Laura Vansevičienė

Des maux universels

D’entrée, on se trouve devant une scène de délabrement. Un homme recroquevillé sur un vieux matelas gémit les agitations de son âme. Au lointain depuis une régie plateau, une jeune femme produit une ambiance sonore angoissante. Malgré les signes de fin du monde, la composition scénique dégage un intrigant magnétisme. Rythme lent, jeu intense, souffle augmenté, on accède à l’intime grâce à la technologie.

Habitué à la démesure, Arturas Areima appuie là où ça fait mal. Il nous place dans le rôle du voyeur en guidant notre regard sur les souffrance de l’âme. Les muscles se tendent. Les membres convulsent. On entre au cœur de la dépression à travers un regard universel. Une angoisse et une colère transgénérationnelles tant Ophélie, Electre et Hamlet résonnent avec la jeunesse d’aujourd’hui.

@ Laura Vansevičienė

Une esthétique des ténèbres

Etonnamment, la gravité de la situation est apaisée par la composition visuelle. Dans l’obscurité, de lumineuses fleurs blanches viennent adoucir le langage scénique. L’harmonie graphique est assurée par le metteur en scène qui veille personnellement sur les costumes et la scénographie. Autant de signes en écho avec le jeu puissant et fascinant de Rokas Petrauskas et Monika Poderytė. Une approche scénique globale pour un théâtre autant visuel que sonore.

Programmée dans plusieurs festivals internationaux, la jeune et talentueuse compagnie AAT gagne à être découverte. Avis aux amateurs de théâtre non-conventionnel. Plus d’informations sur la compagnie Arturas Areimos Theater.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :