Des vieux étincelants

Voilà bientôt deux ans que le collectif 2222 évolue au rythme des stop & go liés à la crise sanitaire. Sa dernière création Pourquoi les vieux, qui n’ont rien à faire, traversent-ils au feu rouge ? n’attend plus que l’ouverture des salles pour exister artistiquement. Quelques mois avant la pandémie, des motivations personnelles avaient guidé la metteuse en scène Thylda Bares vers une exploration de la vie en maison de retraite. Un monde bourré d’humanité où il est question d’amour, de mort, de rituels, du temps, d’envie, de vie, de solitude et de solidarité. Dimanche dernier, la représentation dite « sortie de résidence » a confirmé la maturité de ce spectacle bouleversant et d’une grande sensibilité.

Alors que les salles de spectacles sont fermées au public, le collectif 2222 s’est installé au théâtre de Fontenay le Fleury pour finaliser sa création et rencontrer ses premiers spectateurs. A la manière du théâtre de tréteaux, un plateau escamotable et quelques paravents sont déployés dans la grande salle de répétition. Assis en arc de cercle autour de la scène, les spectateurs triés sur le volet sont immédiatement saisis par la ballade d’un vieil accordéoniste.

Tout le monde masqué !

Dans cette maison de retraite, tout le monde est masqué, masques chirurgicaux pour le personnel soignant et demi-masques expressifs pour les vieux résidents. Un jeu basé sur le travail du corps. Une partie de plaisir pour ces comédiens formés à l’école Jacques Lecoq dont la pédagogie axée sur le mouvement chemine par un travail avec les différents types de masques. Sur le plateau, les artistes jonglent avec une quinzaine de personnages par des enchaînements maîtrisés au cordeau.

Du tragique au comique

Les situations inspirées du réel sont finement dessinées par un jeu adroitement maitrisé. Les personnages sont guidés par leurs pulsions. Les réactions instinctives voire animales révèlent les passions humaines comme la tristesse du vieux bonhomme délaissé par sa famille qui baigne dans une profonde solitude.

La variété des personnalités compose un tableau très coloré. Des personnages ronds et joyeux contrastent avec d’autres plus rigides et amers. On retrouve ses variations d’énergies dans l’alternance de situations graves et légères. En quelques secondes, une scène burlesque se transforme en moment tragique. Une écriture dramatique bien rythmée.

Des figures métaphoriques

Souvent sur la crête entre le tragique et le burlesque, les comédiens invitent à une double lecture des situations à l’instar des passages énigmatiques d’une vieille dame accrochée à ses plantes. Comme le temps qui défile, elle traverse le plateau de manière obsessionnelle pour emmener ses plantes dans le jardin (situé côté cour de la scène). Au travers de figures de style, ces vieux apparaissent tels des représentations de la mort, de l’enfance, de l’espoir ou autres concepts métaphysiques que chacun projettera à sa guise.

A travers cette nouvelle pièce, le collectif 2222 confirme le talent de son équipe internationale. Sur le plateau, on parle notamment français, espagnol, anglais et suédois. Pourquoi les vieux, qui n’ont rien à faire, traversent-ils au feu rouge ?est un petit bijou mitonné par Thylda Bares depuis presque deux ans. Il est grand temps que ce beau spectacle rencontre son public.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :