Dans les coulisses de l’Empire Feydeau

A quelques pas du cimetière de Montmartre où repose Georges Feydeau, la compagnie Les Joyeux de la couronne présente un étincelant spectacle écrit et mis en scène par Olivier Schmidt, L’Empereur des Boulevards. Feydeau, Empereur ? Monarque aux pleins pouvoirs ? Sur la scène du théâtre Montmartre Galabru, l’homme de théâtre paraît surtout de manière sensible et tourmentée. Six admirables comédiens tournent autour de la figure majeure du vaudeville en interprétant une multitude de personnages détonant. Oscillant entre le théâtre, le chant et la danse, la troupe nous transporte avec brio à travers la vie d’un pilier de la scène théâtrale.

@ TMG

Voilà plus d’un siècle que Georges Feydeau occupe les plateaux de théâtre. Du Français aux théâtres de poche en passant par toutes sortes d’ateliers, l’œuvre de Feydeau est disséquée. Maître de la satire sociétale, l’homme a puisé son inspiration dans une vie tiraillée par la bourgeoise, les vices de la vie parisienne, le succès professionnel et les contrariétés amoureuses.

Alors que les spectateurs prennent place, le jeune Georges est assis au centre du plateau, calepin à la main. Tout au long de la représentation, les personnages gravitent autour du soleil Feydeau qui rayonne par intermittence. Depuis les coulisses de sa vie, on assiste à une descente aux enfers finement jouée par Alexis de Chasteigner.

La distribution, une véritable surprise

Quelle agréable surprise de découvrir Séverine Wolff interprétant de manière époustouflante Léocadia Feydeau puis une pétillante cocotte suivie de Sarah Bernhardt et Yvonne Printemps. La distribution est équilibrée de telle sorte que tous les comédiens réussissent, avec sagacité, à injecter une coloration différente à chacun des personnages à l’instar de Fabien Roux. Soulignons qu’ils portent de très beaux costumes d’époque.

Des mots justes finement mis en scène

La belle plume d’Olivier Schmidt relate subtilement l’histoire du grand maître de la comédie satirique. Des mots justes pour une mise en scène très bien rythmée. Les comédiens envahissent un plateau trop petit pour leur fougue. Après un long séjour dans les quartiers Feydeau, L’Empereur des boulevards mériterait d’être jouer dans une salle à l’italienne avec une large ouverture de scène. Le public, venu en nombre réduit pour cause de protocole sanitaire Covid-19, semblait partagé mon enthousiasme à travers de longs applaudissements.

L’Empereur des boulevards, écriture et mise en scène d’Olivier Schmidt est prolongée au Théâtre Montmartre Galabru jusqu’au 20 Décembre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :