Magma, mécanique sensuelle

Trois références de la danse contemporaine réunies pour Magma au Théâtre national de la Danse – Chaillot. Marie-Agnès Gillot, l’étoile classique. Andrés Marin, l’icône du Flamenco. Christian Rizzo, le chorégraphe plasticien aux ondes électro. Trois grandes figures pour un rendez-vous magnétique en dehors du cadre. Une rencontre très attendue et inattendue. Pensé comme un laboratoire, Magma confronte des vocabulaires scéniques très différents. Les forces s’attirent et se repoussent dans un étonnant environnement clinique. Une expérience magnétique sous tension.

Laboratoire Magma

Au début, il y a l’espace de jeu vide. Un sol blanc. Côté jardin, trois monolithes gris métallisé massifs. Côté cour, une estrade avec deux musiciens, l’un à la batterie et l’autre à la contrebasse. La cage de scène est remplie d’une lumière froide et métallique. Au lointain, l’obscurité. Les vibrations sonores posent une atmosphère troublante, voire inquiétante.

L’étoile apparaît en déployant ses grands bras souples. On voit le cygne. La fluidité de ses mouvements déploie une écriture néo-classique. Elle est légèreté. Sa grâce est aérienne alors que sa force à lui évoque la terre. Elle allonge ses ailes. Il frappe le sol. Elle est amplitude. Il est concentration.

Cette dualité dessine l’espace à la manière d’un oxymore visuel. Ils s’attirent et se repoussent mais ne se touchent pas. Ils se toisent. L’espace géométrique est animé par ces deux corps tendus l’un vers l’autre. On aimerait que l’élastique lâche, que les corps se déchaînent. Mais les matières se jaugent sans jamais entrer en fusion.

@ Julien Benhamou

La mécanique sensuelle

Les lumières, créées par Caty Olive, structurent l’espace avec la projection d’ombres linéaires sur le sol. Réglages lumineux au cordeau. La lumière est tranchante. Elle sectionne l’espace et définie des lignes droites. Les segments géométriques prolongent les monolithes. La scène est un tableau graphique à trois composants : minéral, organique et sonore. Rizzo, le plasticien, chorégraphie les corps et l’espace au travers d’une écriture ciselée, froide et directe.

Magma est la friction du matériau plastique, de la matière lumineuse, de la substance organique des corps et de la composition sonore métallique de la batterie mêlant le vibratoire de la contrebasse. Un espace où les éléments se cognent et se répondent. Les pas de Marin agissent sur la musique. Une mécanique des flux enlevée par une musique live envoûtante.

@ Julien Benhamou

Souvent présent dans les créations de Rizzo, le duo Didier Ambact et Bruno Chevillon excelle de virtuosité. Le volume sonore fulmine au point de faire trembler la salle Gémier. Cette déflagration va jusqu’à l’apparition d’une lueur sulfureuse sur le monolithe. L’intensité du métal froid rattrapée par l’ardeur minérale.

Assurément, Magma n’est pas la rencontre passionnelle de monstres sacrés comme on l’aurait imaginée. La pièce est l’expérience d’une mécanique sensuelle où le froid se brûle dans un éclat de chaleur projetée sur le métal. Magma est d’une rare beauté mécanique.

Les adeptes de spectacles plus conventionnels devront passer leur chemin. Alors que les plus audacieux, se réjouiront de l’expérience. Le spectacle est en tournée en Mars à la Comédie de Clermont-Ferrand, en Avril au Théâtre de Suresnes et en Juin au Théâtre de l’Olivier à Istres. Allez-y !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :