Derec, le gamin juif

Du récit autobiographique à la scène, Jean-François Derec réalise un sans faute. Dirigé par Georges Lavaudant, le comédien raconte la quête de ses origines juives avec humour et pudeur. En gommant l’image de Derec l’humoriste, le metteur en scène a extrait la quintessence du livre, Le Jour où j’ai appris que j’étais juif. Après un succès au festival d’Avignon 2018, le spectacle est joué à L’Archipel de Paris. Retour sur la traversée épique d’un garçon dont les « parents sont comme les grottes de Lascaux, plein de souvenirs mais toujours fermés au public ».

@ Philippe Hanula

Sur le boulevard Sébastopol, L’Archipel accueille du théâtre, de la musique et du cinéma. Derec a choisi la petite scène de la salle bleue mieux adaptée aux seuls en scène que la salle rouge. Confortablement installé dans les fauteuils de velours bleu, le public est suspendu à l’histoire de ce grand bonhomme très charismatique.

Abandonnant ses mimiques d’humoriste, Derec a travaillé un personnage profondément humain. Le nouveau Derec est sur son 31. Sa longue silhouette est soulignée par un élégant costume noir et une éclatante chemise blanche. Pour marquer quelques pauses, le comédien boit délicatement de petites gorgés de vin au fond de scène.

Etre juif et en rire

A 10 ans, le petit Derec ne pouvait pas se douter que le chantage de sa copine Christine le mènerait à L’Archipel. Elle lui avait proposé de lui montrer ses seins s’il lui montrait son zizi. Il refuse. La réponse est cinglante : « je sais pourquoi tu ne veux pas me le montrer. Parce que tu es juif et que tu as le zizi coupé en deux ! ».

D’anecdotes en révélations, l’épopée de la famille polonaise Dereczynski est révélé publiquement alors que la mère Derec s’était imposé un devoir de « trou de mémoire ». De la synagogue à la rue des rosiers, le public est balloté au travers d’un récit à la lisière du drame et de l’humour yiddish. Autrement dit selon l’auteur : « faire de l’humour juif, c’est supporter l’insupportable ».

L’écriture tranchante du texte litteraire a muté en partition théâtrale truffée de savoureux passages. Les rires jaillissent. Certains sont même morts de rire. Le comique repose sur un jeu rigoureux, très précis et sans chi-chi. Du haut de ses 62 ans, Dérec conserve l’innocence du gamin qui à l’aube de l’adolescence s’exclamait « Juif, communiste, le zizi coupé en deux, débrouille-toi avec ça ».

@ Philippe Hanula

L’Art du monologue

Les mots fusent avec une simplicité apparente. Planté à l’avant-scène, le comédien bouge très peu ; ce qui donne de la puissance au récit. Seuls quelques mouvements, comme l’imitation de sa mère se jetant par la fenêtre, frôlent la farce. Le texte est ciselé. Le souffle est précis. Les changements de rythme sont judicieux. On jubile.

Ecartant le gaguesque et les commentaires, le comédien anime ses mots avec brio. Chaque trait de son visage, ses yeux, ses sourcils, ses oreilles, même ses oreilles ont des chose à raconter. Tout son visage est langage.

Une telle précision nécessite assurément beaucoup de concentration. On regrette que le comédien n’ait pas profité d’avoir brisé le quatrième mur pour réagir aux accidents du public et rendre ce spectacle encore plus vivant.

De l’écriture à l’interprétation, Jean-François Derec réussit une magnifique traversée de sa propre histoire. La théâtralisation de son texte littéraire est d’autant plus admirable qu’il a su inventer un personnage très touchant, débordant de sincérité et loin de l’image d’humoriste qu’on pourrait lui collé. Le jour où j’ai appris que j’étais juif est une pièce de théâtre saissisante à voir jusqu’au 12 Janvier à l’Archipel. Une prolongation est attendue (et espérée) jusqu’en Avril.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :