Opening night selon Cyril Teste

L’actrice fétiche de John Cassavetes, Gena Rowlands, crevait l’écran en 1977 dans le rôle de Myrtle, héroïne d’Opening night. La vie de la comédienne Myrtle Gordon bascule à la sortie d’une représentation de théâtre alors qu’elle est témoin de l’accident mortel d’une jeune admiratrice. En Février 2019, Cyril Teste a créé, au Théâtre de Namur, la performance théâtrale Opening night. Ce mardi 7 mai, nous avons été témoin de ce « Laboratoire public #39 ».

© Simon Gosselin

Pendant l’installation du public, un texte extrait des Cahiers du cinéma signé par Thierry Jousse est projeté sur un écran géant placé au milieu de la scène. Le journaliste qualifie le théâtre de Cassavetes de « déglingué qui est passé au filtre de la vie, de la fatigue et de l’autodestruction ». L’œuvre du réalisateur américain dévoile ce que « les apparences de perfections dissimulent ». Le ton est donné. Cyril Teste a choisi d’aborder le scénario d’Opening night sous l’angle de la construction et de l’usure. Place donc aux imperfections et à la fatigue théâtrale, un spectacle qu’il qualifie de laboratoire public.

Sur scène, trois comédiens et un caméraman. Adjani et Pierrot jouent les deux acteurs et Morgan Lloyd Sicard interprète le metteur en scène. Le travail de Cyril Teste repose notamment sur l’usage de la vidéo. Par exemple, la performance filmique Nobody avait marqué par sa structure formelle basée sur la réalisation d’un film en direct sur scène simultanément à sa projection. A nouveau, un écran occupe une place centrale sur le plateau d’Opening night. Le caméraman capte dans les détails le jeu des trois comédiens ; il filme également les spectateurs. La vidéo live en noir et blanc défile tout au long du spectacle donnant naissance à un film sur la construction d’un Opening night, théâtral cette fois-ci.

© Simon Gosselin

Les glissements entre le champ et le hors-champ

La scénographie ressemble à un plateau de cinéma placé au centre de la scène de sorte que le décor n’épouse tout l’espace. Les spectateurs assis au deuxième balcon aperçoivent le lointain (c’est-à-dire le fond de la scène) derrière le décor. Il existe ainsi deux niveaux de coulisses : les coulisses du théâtre que le public ne voit pas et les coulisses créées sur la scène. En décalant la scénographie d’Opening night, Teste distancie le travail de mise en scène. Les interstices sont également présents sur le plan du jeu puisqu’il y a trois niveaux de jeu. Isabelle Adjani joue Myrtle qui joue l’actrice de Second woman. Même principe pour Frédéric Pierrot. On est troublé par Adjani lorsqu’elle dit à son partenaire qu’elle est « en train de jouer » avec une telle sincérité que l’on ne sait plus de qui il s’agit. Les transitions entre le jeu et le non-jeu et entre le champ et le hors-champ sont subtils.

Gena Rowlands rayonnait dans une folie à la dérive alors qu’Isabelle Adjani bouleverse par sa dépressive solitude. Elle gît, seule, sur le plateau comme une âme abandonnée. Plus elle perd pied, plus son corps fétiche se noie dans une dépression alcoolisée. Adjani est une immense actrice. Le caméraman réalise de magnifiques plans rapprochés du visage de la comédienne sur un fond de vidéo live qui induit une mise en abyme du processus de création. L’image montre deux choses : le jeu de la comédienne et le film scrutateur en train de se faire. Circulant des coulisses à la salle, la vidéo témoigne ainsi des moindres détails de la création. L’espace de jeu se déploie de la régie à la salle et de la scène aux coulisses. Grâce à la caméra, les spectateurs ont accès aux détails de la création.

Photo prise aux saluts

Après Nobody, Control-X et Festen, Cyril Teste continue l’exploration d’une écriture hybride entre théâtre et vidéo. Son dispositif mêlant la captation live au théâtre permet d’accéder aux émotions d’une Adjani au sommet de son art. Nous l’avons retrouvée après la représentation au bar des Bouffes du nord ; elle rayonnait par sa touchante humilité et sa grande douceur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :