Les Damnés d’Ivo van Hove

Les références littéraires ou cinématographiques sur le nazisme, aussi atroces les unes que les autres, ne manquent pas. La mise en scène du film de Visconti par Ivo van Hove deviendra sûrement une référence, théâtrale cette fois-ci, sur la monstruosité de la seconde guerre mondiale. Présentée en Avignon en 2016, la pièce avait marqué par son réalisme d’autant qu’elle faisait échos à l’attentat de Nice. A Paris, le spectacle résonne avec encore plus de violence dans la salle Richelieu.

@ Jan Versweyveld

Au-delà des mots, les images

Chez Ivo van Hove, l’utilisation de la vidéo a plusieurs fonctions. D’abord, la projection d’images d’archives sur l’écran du fond de scène convoque des faits réels : l’incendie du Reichstag, les autodafés et le camp de Dachau. Ensuite, les plans rapprochés sur les visages permettent d’entrer dans l’intime des personnages ou des situations. Par exemple, le plan rapproché sur le visage de Joachim est tuilé avec les images de l’attentat contre le Parlement de Berlin en 1933. Cette superposition énonce formellement la corrélation entre la décision du patriarche de se rapprocher des nazis et les faits historiques. Le patron des aciéries change donc de camp. Plus tard, les gros plans sur les jeux de cache-cache entre Martin, fils de la Baronne Sophie von Essenbeck et héritier des aciéries, et les trois petites filles créent des situations angoissantes et malsaines allant jusqu’à signifier le viol et l’assassinat d’une des enfants. En fin de spectacle, à la mort de Sophie, Ivo van Hove transforme l’image captée en temps réel pour créer un magnifique tableau graphique noir et blanc. Sombrant dans la folie meurtrière, Martin trahi par sa mère, se venge en la recouvrant de goudron puis de plumes blanches.

@ Christophe Raynaud de Lage

Des figures symboliques glaçantes

Les représentations scéniques du nazisme et de la Shoa sont nombreuses. La pièce est découpée en séquences ponctuées par des intermèdes funèbres. Le baron Joachim décède en premier. Pour signifier sa mort, il s’allonge dans un des cercueils situé à cour. Enfermé dedans, une caméra filme en gros plan son visage en pleine souffrance. L’image de l’agonie est projetée sur l’écran du fond de scène. Les protagonistes restants se positionnent face public sur l’ensemble du plateau l’instant d’un flash. Une lumière blanche éblouit la scène en même temps que retentit le sifflement d’un train. Au centre de l’avant-scène, une grande urne recueille les cendres des défunts. Une petite cheminée de train à vapeur émet de la fumée et relance la séquence suivante. Le rituel funèbre est le même à chaque disparition. En plus des symboles nazis du décor, le jeu des comédiens est aussi chargé de codes SS. La première douche froide intervient pendant l’anniversaire de Joachim lorsqu’une petite fille singe la marche des SS. Glaçant, le rire n’est même pas jaune.

@ Christophe Raynaud de Lage

Au milieu des personnages monstrueux, le couple Elisabeth et Herbert Thallman, interprété par Adeline d’Hermy et Loïc Corbery incarnent les deux lueurs d’humanité dans cette famille en quête de pouvoir. En début de spectacle, Herbert, opposé au national-socialisme, regrette que le totalitarisme soit né dans leurs propres usines, terreau d’un mal-être prolétaire. Il quitte la scène en demandant à l’assemblé de ne « jamais oublier ces événements ».

@ Jan Versweyveld

Ce spectacle vous saisit pendant 2h10 et vous ressortez en état de choc. Néanmoins, il est nécessaire de se frotter à cette pièce aussi violente soit-elle. Et comme le dit Ivo van Hove « vaut mieux affronter cela dans un contexte artistique que dans la vraie vie… » Les Damnés sont à La Comédie française jusqu’au 2 Juin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :