Un vent de fraîcheur nommé Sauvage

Hier soir, Aloïse Sauvage fêtait en famille la naissance de son premier EP – Extended Play – baptisé Jimy. En plus de sa Maman et de sa sœur graphiste, les potes circassiens, danseurs et comédiens assistaient à l’événement, une famille artistique donc. Entre deux morceaux et visiblement émue, elle compare ce premier concert à « une immense fête d’anniversaire ». C’était le 9 avril à la Gaîté Lyrique et à guichet fermé .

@ Emmanuelle Dauboin

On l’avait vue au cinéma, entre autre, dans 120 battements et dans Cold war. Elle a fait sensation aux Trans musicales de Rennes l’été dernier. Formée au cirque à l’Académie Fratellini, elle a aussi travaillé sur les spectacles de Raphaëlle Boitel. Aloïse est plurielle. Danseuse, comédienne, circassienne, rappeuse, elle est une boulimique de la création. Survoltée pour l’occasion, elle enchaîne ses morceaux et ses soli de danse jusqu’à un surprenant numéro sanglé inspiré du cirque. Tout cela est magnifiquement mis en lumière. La première partie sera bleue comme le sweat Sauvage qu’elle porte pour l’occasion puis la scène bascule dans le noir et blanc. Ce premier concert en famille est une réelle performance à la croisée du cirque contemporain et du rap.

@ Emmanuelle Dauboin

Aloïse est une explosion volcanique. Au-delà de la déferlante physique, elle révèle aussi une part d’intime. Jimy parle d’états d’âmes amoureux et de bouillonnements profonds. C’est cash, c’est drôle et instinctive. Entre pop et RAP, elle chante les 5 morceaux de son EP dont elle est l’auteure. Déchaînée, elle saute, elle ondule, elle breake, elle roule, elle s’envole et elle tourbillonne suspendue à une sangle. Pour Présentement, son micro est accroché à une corde. Elle s’y cramponne pour basculer à l’horizontale. Un concert performatif où la Sauvage s’envole.

@ Emmanuelle Dauboin

Aux rappels, elle relance le public avec un de ses premiers morceaux Aphone. Puis, elle prend les manettes du piano électrique pour interpréter une chanson de Dalida, Laissez-moi danser. On lui souhaite de chanter, danser et de s’envoler avec autant de fraîcheur sur les différentes scènes de sa tournée 2019. On a hâte de la revoir le 12 novembre à l’Elysée Montmartre. On ira boire une grenadine à la sortie.

Elle s’appelle Sauvage, retenez bien son nom !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :